L'éducation des enfants selon la Parole de Dieu

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

C'est un sujet complexe, difficile, profond. Nous comprenons mieux les relations que nous, parents, devons avoir avec nos enfants, quand nous comprenons quel type de relations le Seigneur, notre Père, a avec nous, ses enfants.

Le Seigneur fait l'éducation de ses enfants avec l'amour qui le caractérise.

C'est Lui, notre Père, qui fait notre éducation, et Il nous donne, à nous parents, les moyens de faire cette éducation comme Il l'a fait avec nous, ses enfants.
Quand la relation dans le couple est bonne, quand les parents marchent tous deux selon l'Esprit du Seigneur, dans l'amour, la sagesse, et non plus sous la loi des réactions charnelles, l'éducation des enfants est beaucoup plus facile.
Je ne dis pas qu'elle est facile, je dis qu'elle est plus facile !
Nous naissons tous dans le péché. Le péché, c'est la rébellion par rapport à Dieu et à sa Parole.

Il y a dans la nature humaine, dès la naissance, une racine de rébellion que l'on voit très vite se manifester dans le caractère et le comportement des enfants. Ils apprennent toujours plus vite à dire non que oui.
Dire non, c'est naturel. Pour dire oui, il faut une éducation et une correction.
Ce n'est pas une garantie que tous vont immédiatement se tourner vers le Seigneur et marcher par l'esprit, mais c'est au moins la garantie qu'ils vont bénéficier dans le foyer de la meilleure atmosphère spirituelle possible. C'est quand les parents s'entendent bien, quand ils ont une bonne relation avec le Seigneur et entre eux, que tous les deux donnent vraiment un exemple,

 

18 Femmes, soyez soumises à vos maris, comme il convient dans le Seigneur.

"Enfants, obéissez."

Un enfant n'a pas nécessairement le discernement spirituel pour savoir à partir de quel moment le Seigneur lui montre qu'il doit dire oui ou non, et c'est pour cela que l'état spirituel des parents est tellement important, parce que si des parents qui sont dans la chair commandent des choses injustes à leurs enfants, les enfants vont obéir, mais ça ne va pas leur faire du bien !
Il est donc important de savoir que nos enfants doivent être entraînés, dès le plus jeune âge, à obéir à des commandements justes. C'est la responsabilité des parents de faire appliquer la Parole qui dit : "Enfants, obéissez en toutes choses à vos parents".

L'entraînement à l'obéissance des enfants commence dès les premiers mois de la vie après la naissance, et au maximum dans les trois premières années. Les réflexes d'apprentissage de base sont extrêmement importants dès les premiers mois de la vie, et ensuite les premières années de la vie. Le dosage de la correction doit se faire avec la sagesse du Seigneur.

Il est important de comprendre que l'enfant a besoin d'être éduqué dès le début de sa vie, et qu'il sente qu'il y a des barrières à ne pas franchir.
L'enfant doit sentir qu'il y a une discipline, cette discipline est là pour l'aider à grandir, comme un tuteur aide à grandir une jeune plante.
Cette discipline est quelque chose que Dieu a prévue, il y a des théories éducatives qui disent : "Si tu laisses l'enfant sans contraintes, il va se développer correctement, il va se sentir libre"!
C'est faux ! L'enfant livré à lui-même n'a pas de points de repère, il ne sait pas où aller, et il en est malheureux ! L'enfant a besoin de barrières, d'un cadre qui le sécurise. Ce cadre, c'est celui du Seigneur, de sa Parole, et de ce que ses parents remplis de l'Esprit lui donnent comme éducation.

Dans les exhortations que Paul donne à la famille, il commence à parler aux parents, et ensuite il s'adresse aux enfants. C'est le cas dans ce passage: "Enfants, obéissez en toutes choses à vos parents". Cet entraînement à obéir n'est pas naturel. Le réflexe naturel de l'enfant, c'est la désobéissance. C'est inné. C'est dans son caractère, c'est la loi du péché et de la mort, qui est inscrite à l'intérieur du corps de péché, que chaque enfant hérite de ses parents. Il est donc important qu'une discipline l'entraîne à s'échapper de la contrainte de la désobéissance et de la rébellion qui sont innées en lui.
Ephésiens 6 , Paul s'adresse aux enfants, et il dit : "Enfants, obéissez à vos parents selon le Seigneur". Là, il ajoute cette précision : "selon le Seigneur". Cela veut dire que des enfants de famille chrétienne, éduqués dans une atmosphère spirituelle, même très jeunes, vont être formés rapidement pour discerner ce qui est juste selon le Seigneur. Et ils doivent obéir à leurs parents: "car cela est juste".

"Honore ton père et ta mère".

Pour honorer son père et sa mère, l'enfant doit connaître la Parole de Dieu qui le lui commande, et être capable de le faire dans l'esprit.

 

1 Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste. 2 Honore ton père et ta mère c'est le premier commandement avec une promesse, Lire la suite

Honorer son père et sa mère, ça veut dire lui obéir selon le Seigneur, et en plus, lui rendre honneur !
En général, on rend honneur à quelqu'un qui a une position élevée, on l'élève publiquement.
Les enfants doivent apprendre à honorer leurs parents, selon le Seigneur.
Les enfants reçoivent normalement tout ce que des parents chrétiens peuvent leur donner de la part du Seigneur. Les parents donnent leur amour, leur affection, ils pourvoient aux besoins matériels, aux besoins éducatifs, et avant tout, aux besoins d'enseignement de la Parole du Seigneur, ce qui est le rôle du père en particulier.
C'est le rôle du père d'alimenter la famille. Il l'alimente, non seulement sur le plan financier et matériel, mais il l'alimente avant tout par la distribution régulière de la Parole du Seigneur.

J'exhorte les parents, et notamment les pères, à ne pas démissionner au profit de l'école du dimanche ! L'école du dimanche ne doit pas être le lieu d'enseignement biblique des enfants. C'est quelque chose qui est apporté en plus. La base de l'enseignement biblique, c'est la maison, c'est le père, c'est la famille. Si les parents ne donnent pas l'éducation biblique à leurs enfants dans leur famille, les enfants auront l'impression que c'est quelque chose de secondaire. Et quand ils iront à l'école du dimanche, ils n'auront pas l'impression que c'est si important que ça, puisqu'à la maison on ne parle pas de La Parole de Dieu, ou on en parle très peu.

Cette situation arrive quand celui qui est le pasteur de sa famille, le père, ne fait pas son devoir de pasteur et chef de son foyer. Il est donc important que l'enfant comprenne que tout ce qui se passe à l'église n'est pas autre chose que la suite normale de ce qui se passe à la maison.
Il y a deux choses que les parents ne doivent pas tolérer chez les petits enfants : le mensonge et la rébellion qui se manifestent très tôt dans la nature humaine (qui est une nature de péché). La correction devra porter essentiellement sur ces deux points-là. Chaque fois qu'on se rend compte qu'il y a rébellion ou mensonge, il faut corriger, sans laisser passer une seule fois.

Nous avons besoin de la sagesse du Seigneur pour savoir quel type de correction il faut appliquer, car ce sera souvent différent d'une fois à l'autre. Parfois, ce sera un simple avertissement; parfois, ce sera plus sérieux, mais en tout cas, l'enfant doit savoir immédiatement que le mensonge et la rébellion ne se tolèrent pas dans la famille, car ils sont à la racine même de la nature de péché.
Si on ne le tolère pas, ça veut dire qu'au niveau des parents, on ne le pratique pas non plus.

Je connais des familles chrétiennes où les parents, parce qu'ils sont fatigués, tolèrent la désobéissance et le mensonge!
Ils disent: "Si tu fais ça, tu vas être puni !" L'enfant désobéit et la punition ne vient pas !
Les parents disent une deuxième fois. - "Attention, je t'ai prévenu, si tu le fais tu vas être puni !"
Deuxième fois, mais la punition ne vient pas.
La punition vient finalement, mais après la cinquième ou sixième désobéissance. C'est trop tard, l'enfant a déjà compris dans sa tête que ce n'était pas si grave que ça, et qu'il pouvait finalement désobéir plusieurs fois sans recevoir la correction qui était pourtant prévue.

Et s'il transpose cela en grandissant par rapport à son Père céleste, vous voyez le genre de comportement du chrétien par la suite
Ne tolérons aucune désobéissance, il faut que l'enfant apprenne que les parents ne toléreront pas la désobéissance et la rébellion, et que la punition viendra dès la première fois !

Les enfants pourront ainsi pousser avec un tuteur qui est bien droit.
Si le tuteur est tordu, l'enfant, en grandissant, poussera de manière tordue.
Le tuteur droit, c'est la loi de la Parole du Seigneur. L'enfant ne doit pas être éduqué dans une atmosphère légaliste et dure, il doit être éduqué dans l'amour, dans la fermeté de la Parole, mais à son niveau, il va comprendre que cette fermeté de la Parole se manifeste par des commandements précis, qu'il devra exécuter.
C'est un processus qui va lui permettre d'arriver à ne plus mentir ou à ne plus désobéir, mais dans sa conscience, il apprendra que c'est important de l'éviter à tout prix. Et en grandissant, ses parents aidant dans la prière, l'enfant va recevoir du Seigneur la force et l'Esprit nécessaire pour obéir dans l'Esprit, pour éliminer le mensonge et la rébellion qui sont les racines les plus mauvaises dans la nature de péché qu'il a reçue.

 

15 La folie est attachée au coeur de l'enfant; La verge de la correction l'éloignera de lui.

Cette folie est attachée au coeur de l'enfant dès la naissance. Elle se manifeste par le mensonge et la rébellion, et la verge de la correction l'éloignera de lui.

Ça commence par la correction.

 

13 N'épargne pas la correction à l'enfant; Si tu le frappes de la verge, il ne mourra point.

Quand on va appliquer l'instruction : "frapper de la verge", il ne s'agit pas d'être le Tortionnaire brutal qui va frapper à la première occasion, ce qui développera encore plus la rébellion chez l'enfant.

Ce doit être fait dans l'amour, dans la sagesse.
Toute correction doit être faite dans l'amour.
On ne doit pas appliquer la correction sous l'impulsion de la colère.
Ne corrigez pas l'enfant devant les autres, ne le faites pas devant ses frères et soeurs, mais prenez-le à part, expliquez-lui ce qu'il a fait.
Entretenez le dialogue avec lui, dites-lui que c'est mal, et avec des mots simples à son niveau, dites-lui pourquoi c'est mal.

Quand c'est fait de cette manière, je vous assure que les enfants comprennent. Ils savent que c'est juste, ils l'acceptent, plus ou moins bien, ça fait mal quand même, mais ils comprennent dans leur conscience que c'est juste, et c'est ça qui est important. Une correction qui est donnée dans la violence, dans l'immédiat, publiquement, qui a humilié l'enfant, cela produit l'effet inverse.
Nous devons éviter d'irriter nos enfants. Comment pourrions-nous irriter nos enfants ? En les corrigeant d'une manière injuste ou d'une manière brutale, sans enseignement, sans explication préalable.
Alors que, lorsque nous sommes animés de l'esprit d'amour et de sagesse du Seigneur, nous pouvons leur dire avec amour : "Mon fils, comprends que si je fais ça, c'est vraiment parce que je t'aime et que j'ai à coeur ton intérêt, avant tout,. Si je le fais, ce n'est pas parce que tu m'embêtes, que tu m'empêches de lire mon livre, ou que tu me gênes dans mes activités, c'est parce que j'ai vraiment à coeur ton bien.
 
Et l'enfant sent quand nous l'aimons de cet amour-là. C'est l'amour du Père céleste dans le coeur d'un père, qui se traduit par cette correction, et quand elle est donnée dans cet amour-là, l'enfant ne peut pas manquer de le sentir.
Je parle du père, mais je dois aussi parler de la mère, puisque la mère aussi est amenée à corriger.

Il faut que les deux parents soient associés dans ce travail-là. Il ne faut pas que l'enfant ait l'impression qu'il y a un des parents qui corrige et l'autre qui est plus cool.
Lorsque c'est le cas, l'enfant va toujours passer par celui qui est cool, parce que l'autre parent est trop sévère. L'enfant ne doit pas percevoir les parents comme étant en opposition dans leur coeur.

L'éducation des enfants est un sujet qui doit toujours être replacé dans le cadre général de l'entente spirituelle du couple.
Un couple qui ne s'entend pas bien spirituellement est un couple qui n'est pas en mesure de bien éduquer ses enfants.
Les enfants ont un très bon discernement pour remarquer la moindre défaillance, la moindre faille dans l'entente spirituelle des parents, et ils en profiteront..
Les parents doivent veiller, avant tout, à être d'accord sur l'éducation des enfants, sur les moyens de correction, sur la discipline. Il faut en parler entre parents, prier ensemble et l'appliquer, afin que les enfants ne soient pas placés dans une situation où l'un des parents n'est pas d'accord avec ce que fait l'autre. C'est vraiment capital !

Alors, vous voyez tout l'arrière-plan qui est nécessaire, la prière commune des parents. Des parents qui ne prient pas ensemble sont des parents incapables d'élever leurs enfants comme il le faudrait. J'exhorte les parents à prendre du temps pour prier ensemble, pour eux, pour leur foyer, pour leurs enfants.

Lu 298 fois Dernière modification le mercredi, 31 janvier 2018 11:31
Plus dans cette catégorie : « POURQUOI LA DELIVRANCE ECHOUE PARFOIS ?

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.